L’évolution des étrangers au sein du sumo :

Parmi les lutteurs professionnels actuels, nombreux sont les étrangers à se faire remarquer. De moins en moins de Japonais sont recrutés, mais en contrepartie de plus en plus d’étrangers arrivent avec des physiques impressionnants, essentiellement à partir des années 90. C’est le cas avec Akebono, premier non-japonais à devenir yokozuna, lutteur né à Hawaï mesurant 2m03 pour 250kg ! Le premier européen à devenir ôzeki sera le Bulgare Kotoôshû (2m02 153kg) en 2006, qui sera également le premier européen à gagner un tournoi en 2008, suivi ensuite par Baruto (1m97 183kg)

Suite à cette évolution, une règle est instaurée par la toute puissante Association Nationale de Sumo réglementant le nombre d’étrangers à un seul par heya. De plus en plus se faisant du coup naturaliser japonais, la règle devint un seul lutteur né à l’étranger. En 2012, l’Egyptien Ôsunaarashi devient le premier rikishi africain et monte en puissance malgré plusieurs blessures.

Les rikishi actuels incontournables et mes préférés :

Hakuhô (Mongolie, 32 ans, 1m92 – 156kg) :

hakuhoIl est le grand champion, battant de nombreux records et éblouissant tout le monde par sa qualité technique, sa vitesse, sa variété, sa prestance, son autorité,…

Invaincu durant 63 combats en 2010, vainqueur de 10 zenshô-yusho (aucune défaite dans le tournoi), recordman du nombre de tournois gagnés (35 pour le moment), gagnant 2 fois 6 tournois d’affilée… on ne peut qu’admirer !! Ne pas rater ses confrontations contre Kisenosato, qui sont toujours très tendues !

Kisenosato (Japon, 30 ans, 1m87 – 175kg) :

KisenosatoIl est devenu en janvier 2017 le premier Japonais yokozuna depuis près de 20 ans ! Toujours très régulier, dense, puissant et stable, il lui manquait le mental dans les derniers combats importants. Sa promotion est enfin arrivée, et tout le monde scrutait le tournoi de mars avec beaucoup d’attention. Leader pendant longtemps, il se blesse sérieusement à l’épaule au 13ème jour du tournoi. Tout le monde pense à l’abandon, mais il revient le lendemain, puis affronte le nouveau leader Terunofuji le dernier jour. Il gagne, les deux lutteurs à égalité s’affrontent à nouveau et il gagne encore ! Premier tournoi en tant que yokozuna et un premier titre malgré sa grosse blessure … un magnifique nouveau yokozuna qui ravit le Japon mais qui doit faire face à des abandons répétés récemment !

Kotoshôgiku (Japon, 33 ans, 1m80 – 180kg) :

kotoshogikuÔzeki depuis 2011 et malgré des résultats en dents de scie, il devient en 2016 le grand espoir du Japon car il est le premier Japonais depuis 10 ans à remporter un tournoi ! Visant une promotion au tournoi suivant, il retombe dans ses travers, perd même le rang d’ôzeki début 2017 et rate le possible retour à ce rang au tournoi suivant.

On se demande s’il aura un sursaut d’orgueil, ce qu’espèrent ses fans de Kyushu dont il est natif, et s’il finira par ne plus se faire avoir régulièrement par des henka (évitement) au tachi-ai !

Terunofuji (Mongolie, 25 ans, 1m92 – 185kg) :

terunofuji3ème plus rapide rikishi à atteindre la première division makuuchi en seulement 25 tournois, il obtient d’excellents résultats en 2015 qui lui valent des prix ainsi qu’une victoire en tournoi et la promotion au rang d’ôzeki. Mais depuis cela, il se bat contre des blessures aux genoux et a de très mauvais résultats, à part au dernier tournoi où il a perdu en finale contre Kisenosato. Sujet d’insultes racistes lors de ce dernier tournoi, l’affaire fut portée dans les médias. Il reste toutefois jeune et très imposant, ce qui peut lui promettre de beaux moments dans le futur malgré une nouvelle très longue descente suite à une blessure.

Shodai (Japon, 25 ans, 1m83 – 163kg) :

shodaiShodai est un jeune et très prometteur rikishi. Il est un des plus rapide à atteindre la division makuuchi, à obtenir le prix de l’esprit combatif, à être devenu sekiwake… Il a fait seulement 2 tournois en juryô avant d’être promu, et il a fallu attendre son 3ème tournoi en makuuchi pour qu’il ait pour la première fois de sa carrière un score négatif.

Une de ses particularités est que Shodai est son vrai nom : il n’a pas pris un nom de sumo comme la plupart des lutteurs, son entraîneur trouvant que celui-ci sonnait bien!

Takekaze (Japon, 37 ans, 1m71 – 150kg) :

takekazeIl est actuellement le rikishi le plus âgé de la division makuuchi, et aussi le plus lent à avoir atteint le rang de sekiwake, le plus haut rang qu’il ait obtenu.

De petite taille par rapport aux autres lutteurs, il a une technique incroyable lorsqu’il affronte les plus imposants et gagne beaucoup de combats contre eux en se plaçant très bas et en effectuant une poussée vers le haut avec les mains sous les aisselles. Il est une des figures importantes du sumo mais est descendu en division jûryô dernièrement.

Ikioi (Japon, 30 ans, 1m95 – 165kg) :

IkioiPrometteur rikishi, son plus haut rang était sekiwake. Il obtient 4 prix d’esprit combatif et 3 kinboshi (victoire contre un yokozuna), ce qui traduit bien son nom de sumo voulant dire « vigueur, énergie ». Ses combats sont toujours engagés et volontaires, mais il a actuellement des résultats en dents de scie.

Il est un de mes préférés, par son état d’esprit mais aussi par son comportement très humble et respectueux des anciens, puis de plus en plus affirmé récemment. Il a une certaine ressemblance avec Hakuhô, ce qui laisse espérer une belle carrière.

Aoiyama (Bulgarie, 30 ans, 1m91 – 190kg) :

aoiyama.jpgGéant imposant et surpuissant, il est redoutable dans ses poussées grâce à une allonge plus grande que celle des autres. Il arriva en division makuuchi en 2011, seulement deux ans après ses débuts.

Auteur de très belles performances dans les divisions inférieures et à ses débuts en makuuchi, il devient un bon lutteur mais avec des résultats régulièrement moyens, se maintenant à sa place en livrant des combats magnifiques ou vite perdus (prépondérance à glisser et donc perdre ses appuis tout seul).

Kaisei (Brésil, 30 ans, 1m95 – 197kg) :

kaiseiAutre géant étranger, Kaisei a commencé très fort avant de connaître une longue et lente progression jusqu’en makuuchi. Pour son premier tournoi dans la plus haute division, il gagne ses 9 premiers combats, proche du record.

Il poursuit ensuite avec des prestations incroyablement inégales, parfois inexistant et parfois impréssionnant. Il devient le leader de sa heya au départ à la retraite de Kaiô, et se retire sur blessure d’un tournoi pour la première fois en mars 2017, mettant fin à une incroyable série de 739 combats d’affilée !

Tochiôzan (Japon, 30 ans, 1m88, 158kg) :

tochiozanMon ancien lutteur préféré, qui a eu des résultats réguliers et très bons pendant plusieurs années, jusqu’en 2016, une année plus que moyenne. Il était un espoir très prisé de tous grâce à de magnifiques résultats dans les divisions inférieures, et n’a connu son premier score négatif qu’en arrivant en division makuuchi. Il commence malheureusement à décliner…

Récoltant 6 prix et 3 kinboshi, il est toujours volontaire, positionné bas au tachi-ai, fort lorsqu’il agrippe le mawashi (ceinture) de l’autre,… un lutteur simple, modeste, efficace.

Ôsunaarashi (Egypte, 25 ans, 1m88, 152kg) :

osuunaarashiÔsunaarashi est le premier sumo Africain, et également musulman (donc le premier qui a nécessité une adaptation du régime alimentaire et le premier à pratiquer malgré le ramadan). Grand fan de sumo, il a convaincu un entraîneur de le prendre par sa détermination et son envie.

Très puissant, il progresse très vite et atteint le rang de Maegashira 1 avant de reculer à cause de blessures répétées. Son nom de sumo signifie « Grande tempête de sable » ! Malheureusement, il a provoqué un accident de voiture malgré l’interdiction de conduire des rikishi et a été exclu du sumo japonais en mars 2018.

Gagamaru (Géorgie, 30 ans, 1m87 – 199kg) :

gagamaruIl était le rikishi le plus lourd de la division makuuchi avant l’arrivée d’Ichinojô et de ses 227kg! Champion junior national de judo et sambo, il est invité à participer aux mondiaux junior de sumo par l’équipe géorgienne, et reste au Japon ensuite.

Vainqueur de 2 prix spéciaux et d’un kinboshi, il offre régulièrement de belles prestations dans des poussées droites et surpuissantes, mais son poids ne lui permet pas d’être assez vif pour contrer les meilleurs qui le font basculer aisément. Ayant atteint le rang de komusubi, il est redescendu récemment dans la division juryô.

Kyokutaisei (Japon, 28 ans, 1m84 – 142kg) :

kyokutaiseiindex

C’est le jeune Takuya du documentaire « Tu seras sumo ». A la fin du documentaire. il avait quitté sa heya malgré la phrase de son père (« Il n’y a plus de place pour toi à la maison. Ne pense même pas à échouer! »). Il est finalement retourné à la heya peu après et gravit depuis petit à petit les échelons, devenant professionnel en juillet 2016. Depuis le documentaire, je suis attentivement ses progrès, que vous pouvez également regarder en suivant ce lien (des débuts très réussis en makuuchi avant une baisse de régime):

http://sumodb.sumogames.de/Rikishi.aspx?r=8899

Avec les blessures et les baisses de régime des plus forts, d’autres rikishi percent en ce moment, comme les jeunes Onosho, Ryûden, Abi, et surtout Mitakeumi qui a gagné le tournoi de juillet 2018 et vise une promotion. Il faudra voir s’ils confirment lors des prochains tournois, comme l’a fait le géorgien Tochinoshin en gagnant le tournoi de janvier 2018 et en obtenant sa promotion au grade d’ôzeki (il est remonté des profondeurs du classement après une longue blessure au genou et revient à son plus haut niveau!)

Harumafuji (Mongolie, 33 ans, 1m86 – 137kg) :

harumafujiParticulier pour son poids faible en comparaison des autres, il est très rapide et technique. Vainqueur de 8 tournois, il remporte aussi 5 prix de la technique et 4 prix de la performance. Il devint le 3ème Mongol consécutif à être nommé yokozuna, Kakuryû étant le 4ème. Il vient d’arrêter à cause de son implication dans un scandale.

Il était particulièrement impressionnant dans le nirami-ai, lorsqu’il descend très très bas comme sur cette vidéo (50sec.)

https://www.youtube.com/watch?v=TF2LdkeIY4k

Les techniques utilisées :

Il existe 82 techniques officielles (kimarite) que les lutteurs peuvent utiliser. Très nombreuses et très variées, il y en a de très spectaculaires comme de toutes simples. Voici le lien vers la page explicative du site Dosukoi. Il y a toutes les techniques avec un dessin et une illustration par une vidéo de la technique en combat.

http://www.dosukoi.fr/kimarite/

Publicités