Vendredi 23 Avril

Mon départ de Fuji approche à grands pas, et c’est évidemment maintenant que je rencontre une personne très importante pour moi : un boulanger français ! Eh bien oui, on est Aveyronnais ou on ne l’est pas, et on assume le fait de manger du pain à n’importe quel moment de la journée. Sauf qu’au Japon, ce n’est pas du tout la même chose, même si manger entre les repas est une forte habitude (o-yatsu). C’est plutôt du riz ou des nouilles que l’on peut trouver n’importe où et à n’importe quelle heure, et le goût japonais se dirige plutôt vers du pain/brioche … mou et aromatisé !

Au départ, j’avais décidé de m’immerger totalement dans la vie quotidienne japonaise, en commençant par les repas. Poissons, riz à tous les repas, œuf cru au petit déjeuner, poulpe,… J’ai tout essayé, même si parfois l’idée ne me plaisait pas vraiment (par exemple, pour ce qui est de glisser volontairement un bout de tentacule dans sa bouche et de s’en réjouir !!!). Mais il est vrai que de temps en temps, une chocolatine, du café, du vrai pain de seigle fait main (et j’insiste bien sur le « fait main ») … rien de tel pour se réjouir les papilles et repartir plein d’enthousiasme à l’assaut des difficultés syntaxiques nippones.

Cet homme, Manu, est Nantais de naissance. Il est passé par le Canada, où il a rencontré sa femme, une Japonaise (vous suivez ?), avant d’aller au Japon et d’ouvrir sa boulangerie-pâtisserie. Il a avoué trouver cela difficile, car le goût japonais est nettement différent, et il a fallu dans un premier temps adopter ses idées à cette tendance. Puis, petit à petit, il a ajouté quelques spécialités françaises exactement comme en France : pain de seigle avec une croûte dure, kouglof, financiers, chocolatines,… Et cela marche. De plus en plus de personnes viennent à son magasin et commencent à apprécier ces produits pour ce qu’ils sont, comme je le fais quotidiennement depuis quelques jours, gourmand que je suis !

De plus, Manu et sa femme sont vraiment très gentils, et m’ont tout de suite proposé de faire une balade-découverte dans Fuji. C’est dommage de ne les rencontrer que maintenant, mais je suis tout de même content de les avoir trouvé avant mon départ. C’est une raison de plus pour revenir passer un moment dans cette ville que j’apprécie de plus en plus.

Premier achat à la « Boulangerie Le Manu »
8 - Premier achat à la boulangerie Le Manu

Deuxième achat : pain de seigle, pain raisin-noix, chocolatine, croissant, tartelette aux pommes10 - Retour à la boulangerie Le Manu 1

Exemple de pâtisseries adaptées au goût japonais : croissant tout chocolat, pain aromatisé au melon, brioche à la crème pâtissière,…11 - Retour à la boulangerie Le Manu 2

Et ça : ce sont MES premiers chaussons aux pommes-cannelle-vanille-rhum : un vrai délice !4 - Mes premiers chaussons aux pommes - délicieux !

En ce qui me concerne, je pars donc dans deux semaines pour Osaka, une très grande ville où tout sera nettement différent par rapport au calme relatif de Fuji. Il me reste encore une leçon de cérémonie du thé avec le sensei, qui aura lieu ce mardi, et je compte bien passer mes derniers jours ici auprès de ma famille d’accueil que j’aime énormément. J’ai l’impression d’être le fils cadet de la famille, car chacun fait des efforts pour que je me sente bien parmi eux.

Il est vrai que je m’intéresse à beaucoup de choses, dont certaines peuvent surprendre (théâtre nô, haïku, jardins japonais,…), ce qui montre que je ne suis pas là que pour un tourisme bête et ignorant. Je leur ai dit que même si certaines choses pouvaient me déplaire, c’était le quotidien des japonais que je souhaitais vivre et découvrir pour comprendre ce qui m’attirait tant dans ce pays, et que je voulais tout essayer. Chaque chose a une raison d’être : à moi de voir, après avoir testé, si ce mode de vie me plaît, me convient…

Mais rien ne les oblige à se dévouer parfois autant pour moi, tout simplement pour que je sois heureux ici. Des petites attentions, une aide constante si j’en éprouve le besoin, et un environnement vraiment privilégié : je ressens parfois une douce chaleur qui s’écoule en moi, un sentiment de sérénité, une situation où tout ce qui vous arrive devient beau … surtout lorsque le doux fumet du pain français parvient le matin jusqu’à vos narines !

 

Fuji de nuit
1 - Fuji-shi de nuit

Plantation de thé2 - Plantation de thé

Sanctuaire shintô en pleine nature3 - Sanctuaire shinto

Mont Fuji vu d’un parc9 - Parc et Mont Fuji

 

© Tous droits réservés. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Publicités