tokFlorent Chavouet a fait des études de design produit puis d’Arts plastiques et Arts appliqués en France. Lorsque l’occasion se présente pour lui de passer six mois au Japon, plus précisément à Tokyo pour accompagner sa copine qui doit y faire un stage, il se promène et dessine tout ce qu’il voit. Six mois libres à se promener (sanpo signifie promenade) à vélo et à observer les maisons, rues, commissariats, personnes, et à les reproduire ou les caricaturer. De retour en France, son éditeur l’aide à organiser ses deux carnets de dessins qui avaient du vécu, comme il le raconte lui-même : « Deux carnets à moitié déchiquetés, parce que je les ai trimballés partout, ils ont pris la pluie, sont tombés du vélo, j’ai roulé dessus. Il leur est arrivé plein de misères à ces pauvres carnets ! Et depuis je les ai démantelé pour les expositions, tout ça… Mais quand j’ai vu mon éditeur je lui ai présenté les deux carnets comme ça, un peu dégueulasses.« . (citation d’interview du site Madmoizelle)

tokyEt ce livre est un OVNI, je n’ai jamais rien lu ni vu de semblable (c’est d’ailleurs probablement ce que son éditeur a dû penser en voyant ces deux carnets!). C’est à la fois une bande dessinée, un guide, un carnet de voyages,… Si je devais le décrire en deux mots, ce serait « génialement bordélique »! En suivant la Yamanote Line, ligne ferroviaire faisant le tour des endroits principaux de Tokyo, Florian Chavouet nous raconte le Japon à sa façon, avec beaucoup d’humour, un regard enfantin, mais aussi avec beaucoup de précision. Il a rajouté des cartes et les dessins de kôban (commissariats de quartier) à son retour pour organiser le livre, mais a gardé un côté fourre-tout vivant, lumineux, et jouissif.

florent-chavouet-tokyo-sanpo_extrait-2

On peut ainsi trouver des reproductions d’étiquettes de fruits, de tickets de métro, de ses innombrables avertissements pour avoir garer son vélo dans un endroit interdit, et des dessins (au crayon de couleur) aussi magnifiques que déjantés. Florent Chavouet s’amuse beaucoup, et il propose même des jeux sur le thème du Japon, des blagues à 2 yens, et de nombreux insectes et bestioles qui se promènent un peu partout dans le livre.

Dans la même idée, il a publié le livre « Manabe shima » racontant son séjour sur une petite île et sur sa vie campagnarde et bucolique. Tout aussi bordélique et agréable à parcourir, j’ai moins eu le coup de coeur, probablement parce que j’avais déjà découvert son talent et toute son originalité dans « Tokyo sanpo » et que les deux livres se ressemblent dans la construction et dans la rédaction. Si vous souhaitez offrir un livre à un passionné du Japon, n’hésitez plus : « Tokyo sanpo » sera votre plus beau cadeau!

 

Publicités