eienKentarô est un jeune homme qui a perdu toute ambition et tout intérêt pour son avenir professionnel après avoir raté quatre fois l’examen pour devenir avocat. Il apprend à l’enterrement de sa grand-mère qu’elle a eu un premier mari, son véritable grand-père biologique, et qu’il est mort en tant que kamikaze. Sa sœur Keiko essaie de le sortir de son inactivité et lui demande de l’aider à chercher ceux qui ont connu leur grand-père pour apprendre quel genre d’homme il était. Ils effectuent donc des recherches sur Kyûzô Miyabe, pilote des fameux « Zéro » (chasseur-bombardier Mitsubishi A6M, fierté de l’aviation japonaise) et partent à la recherche des anciens pilotes l’ayant connu. Les deux jeunes protagonistes vont faire des rencontres incroyables et entendre des récits touchants et inoubliables. Ils découvriront alors un personnage hors-norme qui détruit tous les préjugés sur les kamikaze, et seront confrontés aux jugements des autres : Kyûzô Miyabe était-il un héros, un lâche, un traitre, un terroriste, un simple jeune homme,…?

eien4Après un début un peu lent et trop dans l’esprit drama (série télévisée), le premier long témoignage arrive. Mr Izaki est le premier à décrire Kyûzô Miyabe autrement que comme un « lâche », et son récit permet le premier flashback ainsi que la première analyse de la différence de conception de ce fameux pilote. A partir de ce moment-là, le film devient véritablement intéressant, puissant, beau, et proche du manga dont il est tiré. Ce premier récit est même peut-êtreeien2 le moment le plus intense du film par son propos et par l’émotion qui s’en dégage, car Mr Izaki décrit avec son regard actuel la situation et la pensée des jeunes durant la seconde guerre mondiale, et explique en quoi l’incompréhension face à Kyûzô Miyabe résulte du fait que son humanisme et son amour étaient en avance sur leur temps et décalé face à l’enseignement impérialiste et nationaliste.

eien5Les points faibles du film sont les passages actuels avec Kentarô (Haruma Miura pourtant bon d’habitude) et Keiko, pas vraiment convaincants comme dans la scène du repas entre amis ou dans le début du film. Mais ceci n’est que peu de choses face aux flashback magnifiques, dans lesquels les décors et costumes ainsi que les scènes de combat d’avions sont superbes, ainsi que face au casting réussi des autres personnages. Isao Natsuyagi le grand-père (un acteur que j’adore, particulièrement dans « The land of hope« ), eien6Jun Fubuki la mère, Min Tanaka le yakuza ex-pilote, et Isao Hashizume dans le rôle de Mr Izaki sont très bons dans leur rôles et véritablement touchants. Lors des longs flashback, Junichi Okada transcende le personnage de Kyûzô Miyabe et lui donne une belle aura calme et décidée. « Eien no zero » est donc une adaptation touchante et réussie du manga éponyme, malgré quelques maladresses dans les passages au présent.