kids3

Nous sommes en 1966. Kaoru doit encore déménager et changer d’école à cause du travail de son père. Il y est habitué, mais il ressent toujours un certain mal-être lorsqu’il va dans un nouvel établissement scolaire et que les regards se posent sur lui. Cette fois-ci Kaoru est envoyé à Kyushu chez des membres éloignés de sa famille, et il se rend au lycée situé en-haut d’une grande pente (sakamichi en japonais). Il est très bon élève, sérieux, et joueur de piano classique, mais aussi renfermé et plutôt mal dans sa peau. Perçu dès le début comme l’intellectuel distant et un peu effrayant, les regards se tournent vers lui et ses camarades l’évitent… sauf Ritsuko, jolie déléguée de classe dont il s’éprend très vite, et Sentaro, le bagarreur du lycée et l’exact contraire de Kaoru. Accompagnant Ritsuko chez elle, il découvre que son père (Mr Mukae) tient un magasin de disques, mais a également un petit local en sous-sol avec des instruments. Kaoru y trouve Sentaro à la batterie, qui lui fait découvrir le jazz : c’est le début d’une grande passion et la naissance d’une amitié irremplaçable.

kidsDans cette nouvelle ville, Kaoru va découvrir tout ce qu’il ne connaissait pas, tout ce qui lui manquait. Avec Sentaro, il va apprendre le jazz et trouver ainsi une réelle passion qui donnera un sens à sa pratique du piano. Mais il se rendra compte également de la beauté d’une amitié sincère et de la difficulté d’associer deux personnalités si différentes. Avec Ritsuko, il découvrira les sentiments amoureux et la complexité des relations durant l’adolescence. Grâce à cette relation triangulaire, Kaoru va sortir de sa condition d’étudiant modèle pour s’exprimer pleinement. Blessé comme Sentaro dans sa relation avec ses parents, ils construiront leur amitié autant autour des sessions de jazz et des rigolades que des disputes et des colères de chacun. Et si le jazz est autant au centre de l’histoire, c’est qu’il est le moyen d’expression des sentiments de ces adolescents particuliers dans un monde où l’on ne sait habituellement pas exprimer ce que l’on ressent.

kids2

Shinichiro Watanabe, créateur des singuliers et géniaux « Cowboy Bebop » et « Samurai Champloo » nous livre une très intéressante série de petit format (12 épisodes de 20 minutes chacun). Bien que l’histoire n’ait rien d’original en soi (nombreux retournements de situations dans les relations amoureuses et amicales de trois adolescents), la partie jazz est vraiment intéressante, et son évolution va de pair avec l’évolution des sentiments des personnages. Le personnage de Ritsuko perd en intérêt au fil des épisodes et sa voix est particulièrement désagréable (mis à part l’interprétation de My favourite things), mais le duo Kaoru/Sentaro est terriblement attachant et devient le centre d’intérêt de la série notamment grâce à des sessions jazz magiques. Un des gros points forts du dessin, par ailleurs plutôt précis et réussi, est que les mouvements des doigts sur le piano et les gestes sur la batterie correspondent parfaitement avec les passages joués, ce qui est vraiment trop rare dans les anime ou les films! En tant que musicien, c’est un réel plaisir de pouvoir suivre les morceaux et de voir les correspondances avec le dessin. Même si l’histoire peut ne pas vous passionner, l’amitié entre les deux garçons vous touchera sans aucun doute et les passages musicaux vous réjouiront tout en vous faisant le plein d’énergie!

 

Publicités