kingyo2

Haru Hiiragi est en troisième année de lycée. Plutôt grand, beau garçon, et populaire dans son lycée, il se cache derrière une façade froide et distante, ne semblant apprécier la compagnie des jeunes de son âge à l’exception de son meilleur ami Jun’ya Mamiya et de la jolie Kayoko Kida. En dehors des cours auxquels il assiste peu, Haru se réfugie dans un local délabré dont l’accès est interdit et qui doit bientôt être démoli. Pendant qu’il y lit à l’abri des regards, il entend des jeunes filles s’en prendre à Koto Harukawa, une lycéenne de première année. Celle-ci est victime d’ijime (maltraitance et humiliation) de la part d’autres filles de sa classe, probablement à cause de la mauvaise réputation de sa mère.

kingyo

Haru intervient pour protéger Koto, et les deux jeunes se mettent à passer de plus en plus de temps ensemble. Après avoir gagné des poissons dans une fête foraine, ils les ramènent dans le local et Haru décide d’y fonder un club secret, un endroit où ils auront leur place en comparaison de leur maison et de l’école où ils se sentent exclus : c’est la naissance du « Kingyo club« , le Club des poissons rouges. Haru et Koto ont finalement beaucoup de choses en commun, un passé torturé, une famille déconstruite, une envie de calme, et c’est naturellement qu’ils vont se rapprocher l’un de l’autre, malgré les nombreux obstacles qui se dresseront devant eux.

kingyo3

Très vite, on est pris de sympathie pour ces deux jeunes différents des autres. Au premier abord, Koto est faible et timide, mais on se rend compte progressivement qu’elle en a conscience et qu’elle a seulement besoin de la force de quelqu’un pour s’appuyer dessus et surmonter les brimades qu’elle subit. Quant à Haru, la première impression est celle habituelle du beau ténébreux avec un côté supérieur plutôt désagréable, mais on le voit changer très vite en compagnie de Koto, et il n’a pas le côté passif de nombreux personnages masculins habituel du drama. Bien que l’histoire n’ait rien de très original, la rapidité de la série (épisodes très courts) donne un côté vraiment dynamique et addictif au récit. Les personnages sont vraiment réussis, et la réalisation réussit à capter en de courts passages une émotion plutôt intense, ne traînant pas dans des longueurs ennuyeuses. Une série vraiment réussie et intéressante, dans laquelle on se plongerait volontiers plus longtemps!

 

Publicités