The third murder 3Takashi Misumi est jugé pour le meurtre du patron qui venait de le licencier. Déjà coupable de meurtre 30 ans auparavant, il encourt la peine de mort. L’avocat réputé Tomoaki Shigemori est chargé d’assurer sa défense, mais celle-ci s’avère plus compliquée que prévu car Misumi change régulièrement de version. De plus, Shigemori commence à avoir des doutes à propos de la culpabilité de son client et commence à s’intéresser plus profondément aux liens qui unissent Misumi à la fille de sa victime, la jeune Sakie.

The third murder 2Avec un rythme et une ambiance plutôt calmes, le réalisateur nous plonge dans l’enquête aux côtés des avocats. L’évolution des recherches est passionnante grâce aux révélations progressives sur la vérité au cours de l’enquête et du procès, mais certaines scènes sont suffocantes, particulièrement celles filmées en intérieur. Les échanges entre les avocats sur la culpabilité, la stratégie de défense, la peine de mort, etc. apportent une profondeur au récit et dénoncent les failles et les manques du système judiciaire japonais. D’ailleurs, les trois avocats, très différents les uns des autres, permettent d’aborder différents points de vue avec beaucoup de subtilité et d’humanisme.

The third murderLes confrontations entre Misumi (Kôji Yakusho, acteur principal de « L’anguille » de Shôhei Imamura, proposant ici une interprétation fascinante) et Shigemori (Masaharu Fukuyama, que l’on retrouve aussi dans « Tel père, tel fils » du même réalisateur) sont absolument fabuleuses, tendues mais réellement profondes. Les plans proches des acteurs autant que les vues de dessus dans Tokyo sont magnifiques, résultat d’une réelle maîtrise d’Hirokazu Kore-Eda, qui démontre sa capacité à changer de registre tout en maintenant une qualité exceptionnelle dans ses films. Un vrai polar noir ambitieux et totalement réussi !

 

Publicités