C’était pour moi la première fois que je me rendais à Matsumoto. Je connaissais le château par sa réputation mais j’ai tout de même été surpris par la beauté de celui-ci ainsi que par l’atmosphère générale de la ville. A Matsumoto, un grand désir de développer le tourisme se fait sentir et l’accueil de toutes les personnes que nous avons rencontrées était véritablement chaleureux. On peut ainsi trouver des guides gratuits, des dépliants dans de nombreuses langues, des réductions chez un groupement de commerçants souhaitant inviter les touristes à mieux connaître leur ville,… En bref, vous êtes très bien reçus partout et la ville regorge d’endroits agréables et de mets délicieux à découvrir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme vous avez pu le voir sur ces quelques photos, le château est réellement magnifique. Pendant la période instable du début du quinzième siècle, le seigneur Ogasawara a déplacé son manoir dans le district d’Hayashi, nouveau manoir autour duquel ses domestiques construisirent leurs résidences. Afin d’être bien protégés, le château de Fukashi (qui sera ensuite nommé château de Matsumoto à la fin du siècle) fut construit à cet emplacement. A la fin de ce siècle-là, le seigneur Ishikawa Yasunaga entreprit la construction de la majorité des bâtiments, comme les trois tours, la porte noire kuromon, les fossés hori, les protections des deux ailes principales honmaru et ninomaru, etc. C’est également lui qui construisit l’infrastructure de la ville et les sous-sols du château d’une façon remarquable. Le château est surnommé karasu-jô, littéralement le château du corbeau en référence à la couleur de ses murs. Voici quelques vues extérieures du château :

P1070926
La porte kuromon

P1070969

P1070929
Reconstitution en l’honneur du 250ème anniversaire de Toda Mitsuyuki, seigneur du château ayant créé une école pour les samouraïs des plus hauts rangs

P1070932

P1070954
Décoration de toit shachi
P1070964
Vue impressionnante du donjon par en-dessous

P1070965

Dans le courant de l’ère Meiji, période marquant la fin de l’isolement du Japon et son ouverture à l’Occident, tout ce qui était ancien était considéré comme rétrograde et négatif face à la modernisation. Ainsi, de nombreux bâtiments anciens furent déteriorés voire même détruits. C’est ce qu’il s’est passé avec le château de Matsumoto, mais grâce à quelques personnes valeureuses (comme Ichikawa Ryozo qui racheta le donjon pour le protéger, ou encore comme Kobayashi Unari qui développera une organisation de protection de cette tour), ce plus ancien donjon à cinq étages du Japon fut préservé ! Mais allons maintenant faire un petit tour à l’intérieur du donjon, tout en faisant attention : les 7 escaliers séparés montent à une inclinaison entre 55 et 61 degrés et les marches peuvent atteindre 40 centimètres de hauteur !

P1070933
Escalier d’entrée
P1070934
Un des 6 étages (de l’extérieur, le château semble en avoir seulement cinq, mais un sixième sans fenêtre est dissimulé pour surprendre les assaillants. C’est là que les soldats attendaient en temps de guerre.
P1070935
Fixation en bois des shachi
P1070937
Ishi-otoshi, anciens trous pour lancer des pierres sur les assaillants (il existe aussi des meurtrières pour les archers yazama ainsi que pour les armes à feu teppo-zama)
P1070938
Fenêtres caractéristiques des vieux bâtiments. Le panneau coulissant permet de gérer la luminosité en assemblant ou non les lattes de bois
P1070940
Étage sombre et bas de plafond

P1070951

P1070958
Ornements des tuiles de bord de toit, marqués du symbole de chaque famille de seigneurs
P1070963
Porte d’entrée avec petite ouverture

P1070960

P1070962
Tsukimi-yagura, le pavillon pour observer la lune

Le deuxième étage du donjon principal contient une vaste collection, essentiellement d’armes à feu léguée par le couple Akabane, dont la vie a été consacrée à la conception d’une immense collection dans le but de l’exposer à l’intérieur même du château. Le donjon du château a été construit cinquante ans après l’introduction des premières armes à feu au Japon, et est de toute évidence construit en pensant à l’utilisation de ces armes. Voici quelques-uns des précieux objets exposés à l’intérieur du donjon :

Juste à côté de l’enceinte du château se trouve le Musée historique de la ville de Matsumoto (Matsumoto Minzoku Shiryokan). Si les périodes anciennes sont assez peu représentées dans ce musée, de nombreux témoignages du folklore et de la vie des derniers siècles sont par contre exposés.

P1070971
Système ancien de canalisation compris grâce aux fouilles

P1070973

P1070978
Maquette de l’enceinte fortifiée de la ville
P1070981
Armures de samouraïs

P1070982

P1070983
Armes d’époque

Certains éléments modernes sont vraiment très intéressants et plutôt rares, car ils représentent aussi bien une époque que le folklore de la région de Matsumoto. Les explications fournies par le musée permettent de vraiment s’imprégner de la culture locale et de se plonger dans une époque révolue aux innovations et aux traditions passionnantes.

P1070984
Pompe à vapeur utilisée lors des incendies
P1070986
Pièce reconstituée
P1070987
Malle d’un militaire de la seconde guerre mondiale
P1070988
Poupées de Hina Matsuri

P1070989

P1070990
Marionnettes de Tanabata
P1070991
La divinité Onmara à la forme très particulière
P1070993
Les festivals de Koto-youka (8 février et décembre) sont l’occasion de prier pour les bonnes récoltes et la paix. A Matsumoto, certaines personnes envoyaient des objets faits de paille et représentant la divinité de la pauvreté aux frontières des villages. De grandes sandales de paille étaient également faites afin d’éloigner le dieu de la peste.
P1070995
Bateau au trésor avec les figurines des Sept Dieux de la chance, présent au marché principal de la ville depuis la fin de la période Edo jusqu’à 1935
P1070996
Les sept divinités de la chance : Yebisu, Daikoku, Fukurokuju, Benten, Bishamonten, Juroujin, and Hotei (figurine absente depuis la confusion de la seconde guerre mondiale)